Découvrez notre catalogue Octobre 2021 Mon compte

Français
  • Recherche
  • Recherche avancée

ÉPUISÉ - Les Volques Arécomiques et le Languedoc oriental protohistorique. Etude d'une entité ethno-politique préromaine (IXe-Ier s. av. J.-C.), (MAM 30), 2012, 282 p.
Epuisé

ÉPUISÉ - Les Volques Arécomiques et le Languedoc oriental protohistorique. Etude d'une entité ethno-politique préromaine (IXe-Ier s. av. J.-C.), (MAM 30), 2012, 282 p. - Monographie d'Archéologie Méditerranéenne - MAM

Les Volques Arécomiques et le Languedoc oriental protohistorique : au travers de ce sujet, cette étude a pour enjeu de renouveler notre conception et nos méthodes d'étude des peuples gaulois du Midi méditerranéen. En effet, l'approche traditionnelle de ces peuples - largement subordonnée aux textes grecs et latins - a eu tendance jusqu'à présent à les figer dans leur état des IIe-Ier s. av. J.-C., leur conférant ainsi un caractère anhistorique ou les faisant parfois même apparaître comme des créations de l'autorité coloniale romaine. L'analyse préliminaire des textes antiques consacrés aux Arécomiques permet essentiellement de les assimiler pour la fin de l'âge du Fer, à un Etat fédéral d'origine indigène rassemblant les diverses communautés implantées entre Hérault et Rhône, au sein des oppida et autres agglomérations. D'après ces mêmes textes, ce peuple est également susceptible d'être considéré comme un groupe doté d'une identité culturelle propre, un groupe que l'on pourrait donc a priori qualifier d'"ethnique". Or, au contraire du terme "peuple" usuellement employé en archéologie mais ne renvoyant à aucune véritable notion précise, le concept d'"ethnie" tel qu'il a été développé par les anthropologues et les sociologues s'avère susceptible de renouveler notre perception de l'entité arécomique. L'analyse de cette notion montre en effet que l'ethnie doit être considérée, non comme une donnée primordiale, mais comme une construction sociale dont la genèse et l'évolution sont déterminées par le contexte historique. Et de fait, rejoignant cette perspective contructiviste, notre connaissance des sociétés protohistoriques languedociennes laisse à penser que l'existence d'une entité volque arécomique résulte manifestement d'un processus de structuration identitaire et politique propre au monde indigène, dans lequel ni Marseille, ni Rome ne sont intervenues directement et dont l'origine est bien antérieure aux premières attestations littéraires des Arécomiques. Fort de ce constat, nous avons choisi, afin d'étudier l'origine et l'évolution de l'ethnie arécomique, de nous inspirer de la méthodologie proposée par certains anthropologues. En conséquence, la seconde partie de notre étude est tout d'abord consacrée à l'analyse des espaces naturels du Languedoc oriental ainsi que principalement, à la définition à partir de la documentation archéologique, des espaces sociaux qui ont pu concerner au sein de la Gaule méditerranéenne, les populations du Languedoc oriental du Bronze final IIIb au milieu du Ier s. av. J.-C. Cette analyse débouche en définitive sur un essai de restitution de l'histoire des Volques Arécomiques. Il apparaît ainsi que si les populations du Languedoc oriental ont partagé dès le Bronze final une communauté socio-culturelle, leurs modes de vie et leur structuration socio-politique s'avèrent toutefois peu compatibles avec la création d'une identité ethnique d'ampleur régionale et ce jusqu'à la fin du VIe s. Au cours du siècle suivant, il est vraisemblable que les profonds bouleversements suscités par le développement du négoce massaliète dans le sud-est de la Gaule aient suscité une réaction identitaire au sein des populations du Languedoc oriental qui se seraient alors fondés sur leur culture commune pour créer et revendiquer une identité ethnique partagée, donnant ainsi naissance aux Volques Arécomiques. Durant le second âge du Fer, la continuité du monopole commercial de Marseille a sans doute favorisé le renforcement de ce sentiment d'identité commune. Celui-ci a par ailleurs pu offrir aux différentes communautés régionales une opportunité de développer leur structuration politique en créant entre le IVe et le IIIe s. une confédération autour du sanctuaire de la Fontaine, à Nîmes. Enfin, la conquête romaine vient interrompre ce processus de structuration ethnique et politique des communautés du Languedoc oriental ; dès lors, les Volcae Arecomici vont progressivement laisser place à la civitas Nemausensis.
Référence : 42495. Français Retour
Dans la même époque