Découvrez notre catalogue Mars 2021 Mon compte

Français
  • Recherche
  • Recherche avancée

Les nécropoles protohistoriques de « La Haute Grève » à Gouaix (Seine-et-Marne). Contribution à l'étude des pratiques funéraires au cours de l'étape moyenne du Bronze final (XIIe-Xe s. av. J.-C.) et au début du second âge du fer (Ve-IIIe s. av. J.-C.) dans le sud du Bassin parisien, (Suppl. RACF 37), 2010, 240 p.

Les nécropoles protohistoriques de « La Haute Grève » à Gouaix (Seine-et-Marne). Contribution à l'étude des pratiques funéraires au cours de l'étape moyenne du Bronze final (XIIe-Xe s. av. J.-C.) et au début du second âge du fer (Ve-IIIe s. av. J.-C.) dans le sud du Bassin parisien, (Suppl. RACF 37), 2010, 240 p. - Revue archéologique du Centre de la France - Suppléments

Fouillées en préalable à l'exploitation d'une carrière, les nécropoles protohistoriques de 'La Haute Grève' à Gouaix sont localisées dans la plaine alluviale de la moyenne vallée de la Seine (La Bassée). Le gisement est constitué de deux ensembles funéraires bien distincts dont la fréquentation est séparée par un important hiatus chronologique. La première nécropole est composée d'un enclos et de dix-sept incinérations attribuées à l'étape moyenne du Bronze final (XIIe-XIe s. av. J.-C.). Les sépultures sont très standardisées : une fosse accueille une urne fermée par un couvercle et servant de réceptacle aux restes osseux accompagnés de quelques petits vases accessoires fermée. Les gestes déployés lors du rituel funéraire sont stéréotypés et les indices de différenciation sociale ténus, un lot de parures dont 34 perles en verre originaires d'Italie du Nord méritant d'être souligné. Le second ensemble se compose de 61 tombes du début du second âge du Fer (Ve-IIIe s. av. J.-C.) réparties en enclos, groupes à délimitation légère et sépultures dispersées. L'analyse de cet ensemble, qui met l'accent sur l'identification des défunts (sexe, âge, statut) et sur la restitution des modes d'ensevelissement (taphonomie), adossées à l'étude du mobilier, permet de souligner l'homogénéité des gestuelles funéraires et la diversité des combinaisons de mode de dépôt. La majorité des défunts est accompagnée d'un mobilier modeste, voire absent, les seuls « dépôts » concernant six individus équipés d'une panoplie militaire. La richesse et la qualité des informations enregistrées lors de la fouille et de la restauration du mobilier, permettent de reconsidérer bien des aspects des pratiques funéraires de l'espace sénonais : organisation, typologie des regroupements, recrutement, mode d'ensevelissement, rituel, fonction des objets, etc. Ces données permettent ainsi de s'interroger sur la représentativité de l'ensemble, sur la gestion de l'espace, sur la maîtrise du temps et sur les systèmes de représentation sociale au sein d'une nécropole polynucléaire.
Référence : 40830. Français
35,00 €
Retour