Découvrez notre catalogue Novembre 2019 Mon compte

Français
  • Recherche
  • Recherche avancée

Murus celticus. Architecture et fonctions des remparts de l'âge du Fer, (Bibracte 19), (actes table ronde, Glux-en-Glenne, oct. 2006), 2010, 364 p., 304 ill., 8 pl. couleur h.t.

Murus celticus. Architecture et fonctions des remparts de l'âge du Fer, (Bibracte 19), (actes table ronde, Glux-en-Glenne, oct. 2006), 2010, 364 p., 304 ill., 8 pl. couleur h.t. - Bibracte

Ces dernières années, de nombreuses fouilles ont apporté des éléments nouveaux, tant sur le plan de l'architecture que sur celui de la datation des remparts protohistoriques. Si le rempart correspond souvent à la première intervention archéologique sur un site fortifié, les sondages sont bien souvent restés modestes et leur étude bien souvent sommaire. Des dates dendrochronologiques sur les sites d'Yverdon et de Besançon nous permettent de bien caler la construction de ces remparts. Parallèlement, plusieurs fouilles plus anciennes ont été publiées, comme les sites éponymes de Preist et de Kelheim, ou encore le rempart du Mont Vully. Le moment a donc semblé propice à une table ronde internationale sur cette question. Les résultats des fouilles récentes ont par ailleurs mis en avant que la typologie traditionnelle (murus gallicus, Pfostenschlitzmauer...) était par trop restrictive. Nous ne pouvons plus nous contenter d'identifier un murus gallicus à partir de la découverte d'une ou deux fiches en fer. L'architecture des remparts protohistoriques est bien souvent plus variée et plus complexe. Cette publication est l'occasion, non pas de présenter seulement la fouille elle-même, mais plutôt de détailler l'architecture de ces remparts, de réfléchir à leur restitution et de dégager les éventuelles avancées techniques. Ces réflexions se sont appuyées sur des sites de différentes régions de l'Europe celtique?: la Gaule, le sud de l'Allemagne, la Hongrie et l'Espagne. Si elles ont pris en compte des sites du premier âge du Fer, comme le Britzgyberg, le Cheslé ou Vix, c'est surtout les oppida de la fin de La Tène qui étaient les mieux représentés. Cette table ronde a ainsi débouché sur la question de la fonction des remparts protohistoriques – défensive, ostentatoire ou symbolique – et de leur chronologie.
Référence : 39376. Français
36,00 €
Retour