Découvrez notre catalogue Novembre 2019 Mon compte

Français
  • Recherche
  • Recherche avancée

ÉPUISÉ - Les monnaies gauloises et romaines de l'oppidum de Bibracte, (Bibracte 13), 2007, 384 p., 408 ill.

ÉPUISÉ - Les monnaies gauloises et romaines de l'oppidum de Bibracte, (Bibracte 13), 2007, 384 p., 408 ill. - Bibracte

Les monnaies se définissent dans un cadre économique et politique. Leur valeur, leurs modalités d'échange, le volume émis, le ratio entre les alliages monétaires, leur aire de circulation, sont régis par une autorité reconnue comme garant. Qui détient cette autorité en Gaule ? Est-elle unique ou polymorphe ? En absence de textes, les monnaies gauloises portent témoignage d'une réalité complexe, caractérisée par des volumes d'émission, une diffusion, des durées d'usage très variables. Ce sont des faits tant politiques qu'économiques. Leur analyse chronologique, site par site, montre peu à peu la place réelle de la monnaie dans l'économie gauloise des deux derniers siècles de notre ère. Les monnaies de fouilles de Bibracte constituent une documentation exceptionnelle, tant du fait du nombre de monnaies que de leur présence à chaque étape de la vie du site. Il s'agit d'un des rares sites de l'âge du Fer avec le Titelberg (Luxembourg), Manching (Allemagne), Alésia (Bourgogne) ou Corent (Auvergne) à avoir fourni un échantillonnage monétaire suffisant pour commencer à réfléchir sur l'usage monétaire chez les Celtes en dehors des fonctions cultuelles. La distribution des monnaies sur l'ensemble du site offre un regard neuf sur le degré de monétarisation de l'économie gauloise et de ce fait même apporte un démenti concret à l'hypothèse parfois avancée d'une fonction essentiellement religieuse des pièces gauloises, induite par l'intérêt porté aux sanctuaires. Le site de Bibracte revêt une importance particulière pour la compréhension de l'usage monétaire à la fin de l'indépendance gauloise et durant les premiers temps de la Gaule romaine. D'une part, c'est un des rares oppida sur lequel on ait entrepris des fouilles aussi amples, d'autre part, les fouilles ont fourni une quantité de monnaies suffisantes pour être statistiquement exploitables. Ainsi, avec 3000 monnaies prises en compte – provenant des fouilles conduites entre 1865 et 2000 – il s'agit de la plus importante collection jamais publiée de monnaies issues d'un site gaulois. Enfin, la durée d'occupation assez courte à une période charnière englobant les mutations du IIe siècle avant J.-C. et les contrecoups de la conquête romaine permettent d'analyser plus précisément la circulation monétaire sur le site. Après un bref historique des collections, l'ouvrage aborde différents points qui sont autant de pistes pour la recherche numismatique actuelle et sur lesquels les collections de Bibracte apportent des éclairages ou suscitent des questions. Les auteurs s'interrogent sur la fabrication monétaire, puisqu'un atelier de frappe semble attesté à Bibracte, et analysent ensuite plus finement les faciès monétaires gaulois et romains du site. Enfin sont examinés certains secteurs de l'oppidum qui ont des fonctions spécifiques rituelles ou funéraires. L'impact de la guerre des Gaules est également abordé. Le catalogue des monnaies constitue la deuxième partie du volume. Les monnaies gauloises sont classées par zones géographiques de diffusion, alliages et types monétaires. Le catalogue des monnaies romaines distingue les monnaies républicaines puis, dans l'ordre chronologique, les monnaies coloniales par ateliers puis par émissions, les monnaies impériales par règne des empereurs, puis par ateliers, par métaux et par émissions.
Référence : 33885. Français Retour