Découvrez notre catalogue Novembre 2019 Mon compte

Français
  • Recherche
  • Recherche avancée

Epuisé

ÉPUISÉ - Les Félins de la grotte Chauvet, 2005. -

Dans l'art paléolithique européen, les félins ont toujours été rangés parmi les “ animaux rares ” du bestiaire figuré. On comprend, dès lors, la surprise causée par la découverte de la grotte Chauvet, puisque, avec les mammouths et les rhinocéros, les félins s'y trouvent parmi les animaux majoritairement représentés. Avec 75 félins recensés, Chauvet rassemble plus de 60 % des félins répertoriés dans l'art pariétal. Ce sont presque tous des lions des cavernes, animal d'un tiers environ plus grand que les lions d'Afrique actuels. Cet ouvrage présente en détails ces images parmi les plus anciennes de l'humanité, depuis les salles d'entrée jusqu'à la Salle du Fond, véritablement “ consacrée ” au roi des prédateurs. La première partie de la caverne, la plus étendue, ne comprend paradoxalement que seize félins, dont une panthère spectaculaire formellement identifiée. La plupart de ces figures sont rouges. Elles ont en commun des tracés assez sommaires, une allure statique, l'absence de précision des détails corporels. La deuxième partie de la grotte comprend plusieurs grands ensembles ornés. Les félins, très inégalement représentés, sont absents de certaines salles et galeries mais ils abondent dans la Salle du Fond. À l'inverse de ceux de la première partie, Ils sont remarquables par leur traitement naturaliste et leur dynamisme, ainsi que par l'expressivité de leur rendu et la sophistication des techniques mises en œuvre. On peut sans conteste parler de scénographie dans bien des cas. En témoigne notamment la “ scène de chasse ” montrant une quinzaine de félins poursuivant un troupeau de bisons, l'un des premiers chefs-d'œuvre de l'art occidental. L'importance du thème du lion à Chauvet, comme sur divers sites contemporains, est rapprochée de l'abondance concomitante, à la même époque, d'animaux redoutables, généralement non chassés (rhinocéros, mammouths, ours). La montée en puissance ultérieure dans le bestiaire des autres animaux (chevaux, bisons et aurochs, cervidés, bouquetins), qui finiront par les supplanter largement, témoigne des changements thématiques qu'a connus cette longue et fascinante période. La Grotte Chauvet, par l'importance du nombre des félins représentés et par leur originalité et leur beauté, devient le site de référence pour l'étude de ces animaux dans l'art du Paléolithique supérieur.
Référence : 30508. Français Retour